avril 18, 2024

Cigarettes en céramique, tabac Cologne : un guide-cadeau sournois sur le thème de la fumée pour les papas et tous les autres

Dans la configuration de mon écrivain idéal, il y a toujours deux cigarettes à portée de main. L’un porte un léger baiser de rouge à lèvres rouge ; l’autre est un gribouillis écrasé. Les deux sont en céramique (fumer n’est pas pour moi), mais ce sont néanmoins des talismans – une partie de l’artiste Amie Byrneœuvre de qui refond en argile des objets du quotidien. Les pièces passées comprennent une rallonge enroulée, une pile d’éponges à vaisselle pastel, un ballon Mylar dégonflé. Mais sa série de cigarettes, qui s’étend sur de grands vases et une collaboration parfumée en céramique (Smoker’s Kiss) avec un parfumeur Émilie L’Ami, a allumé une mèche collective. Son exposition personnelle à venir, « Aftermath », ouverture le 24 juin à la galerie Franchise de Los Angeles, illustre ce point. Parallèlement à de nouvelles vignettes imaginatives – une piñata éclatée, par exemple, ou la zone sinistrée après la crise de colère d’un tout-petit -, il y aura un petit fumoir autonome, pour tous ceux qui ont besoin d’une solution de télécopie.

« Ce bâton cancéreux est si spécial pour tant de gens », déclare Byrne, un Australien qui possède un studio à Silver Lake à Los Angeles. « Les gens s’y identifient vraiment, vraiment, et pour de nombreuses raisons différentes. » Il y a le glamour cinématographique, la transgression juvénile, les rituels après le dîner et le sexe. L’habitude d’emballer un jour d’un être cher déclenche des souvenirs sensoriels; arrêter aussi. (Mon grand-père gardait des bâtonnets de céleri dans la poche de sa chemise : un substitut au tabac à chiquer.) De manière oblique, le tabagisme – vaguement défini, avec de la place pour l’encens et l’eau de Cologne inspirée du tabac et les mégots de cigarettes individuels de Byrne, qu’elle propose à la vente pour la première fois – avait du sens en tant que principe organisateur de ce guide décalé de la fête des pères. Tout le monde peut s’identifier.

Fidèle au thème, l’artiste Bernie Kaminski a créé une série limitée de pochettes d’allumettes en papier mâché pour cette occasion. (Pour plus de détails, voir la liste ci-dessous ; les bénéfices sont reversés à Aid For Life, qui fournit une assistance aux demandeurs d’asile à New York.) Sa fille de 15 ans, Aliénor, a involontairement prêté le premier coup d’inspiration en ramenant à la maison un hippocampe en papier mâché de l’école. Dans les années qui ont suivi, Kaminski a façonné des balles de baseball autographiées, des chèques de restaurant, un téléphone public municipal. « J’ai fait des pochettes d’allumettes que j’ai mises dans un faux tiroir à bric-à-brac », dit-il, faisant référence à un véritable opus magnum : calculatrice Casio, talon de ticket du Film Forum, ruban à mesurer, paquets de ketchup, Rolaids – plus les allumettes Odeon en noir et blanc il a recréé pour Salon de la vanité. « Ce n’est qu’après avoir eu l’idée de mettre (les pochettes d’allumettes) dans une boîte à chaussures » – Adidas en papier mâché, rempli presque à ras bord – « que j’ai commencé à les sortir. »

Pendant ce temps, le chef et scientifique alimentaire David Zilber offre un contrepoint au tabagisme avec sa nouvelle édition pour Rose, la tenue de cannabis basée en Californie connue pour ses délices axés sur les produits (un riff sur les bonbons turcs). Zilber, un ancien de Noma qui a co-écrit le guide tentaculaire du restaurant sur la fermentation, s’est familiarisé avec la marque en testant des échantillons à Copenhague, y compris des collaborations passées avec Enrique Olvera et Natacha Pickowicz. « J’ai longtemps souffert de maux de dos (20 ans dans les cuisines + la scoliose est une recette pour un désastre), et leurs gommes au CBD ont vraiment, en fait, fonctionné pour refroidir mes nerfs et mes muscles chaque fois que mes lombaires faisaient des siennes », écrit-il par e-mail. « Et en ce qui concerne le THC, eh bien, ils sont tout simplement parfaits. Facile à doser et vraiment délicieux. Zilber avait momentanément les mains pleines avec un nouveau bébé, mais le partenariat avec Rose a repris à la fin de l’année dernière, « quand je commençais à peine à avoir l’impression d’avoir tout le truc » être un père « à mon actif. » Sa création – poire Nashi avec saumure de kimchi et saupoudrage de gochugaru – reflète une vision du monde lumineuse et inventive. « Quitter la vie trépidante de la gastronomie m’a tellement ouvert, y compris la paternité », ajoute-t-il. « Cela dit, je suis actuellement plus épuisé que jamais. Ha ha.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *